Guide Dussert-Gerber du Vin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 20 mars 2007

L'Auxey-Duresses des Prunier

Au sommet. Ce vigneron chaleureux et sa fille, Estelle, peuvent être fiers de leur Meursault Les Clouds 2004, vignes de 30 ans en moyenne, sur sol argilo-calcaire, élevage en fûts pendant 1 an dont 15% de neufs, de jolie robe, ample et fleuri, aux notes de fruits frais et de miel, tout en harmonie, à savourer sur une cuisine riche.

Lire la suite...

mercredi 7 mars 2007

Coup de cœur pour Vincent d'Astrée

Vincent d’Astrée, c’est plus de cinquante années d’expérience. “Notre volonté est avant tout de mettre un terroir en adéquation avec son produit, explique son Président, Patrick Boivin. Nous avons fêté récemment notre cinquantenaire, cela nous donne du recul et c’est grâce à cela que notre travail est reconnu par tous. Depuis un demi-siècle, nous travaillons avec sensibilité, en observant beaucoup et en suivant notre ligne de conduite sans nous laisser influencer. Notre terroir est toujours le même et nous nous adaptons à lui, c’est lui qui restitue sa vérité, on ne peut pas lui faire dire ce qu’il ne peut exprimer, il faut l’accepter et composer avec.

Voir aussi : http://blog.guidedesvins.com/ Vincent_d_Astr_eGamme_Ambiance_3.jpg

Lire la suite...

samedi 3 février 2007

La Vintage Code

Qu'est-ce qui la différencie de la multitude des autres cartes où les étoiles se mélangent aux notes ? Deux choses : la première c'est la rigueur, la sévérité même avec laquelle j'ai noté la qualité intrinsèque des millésimes , c'est-à-dire de la vendange. C'est la note du bas, en noir. Il y en a assez de voir des notes extravagantes, des 18, des 19, des 20 sur 20 en veux-tu, en voilà, qui me semblaient bien trop flatteuses pour correspondre à la réalité de la nature. À croire que les grands millésimes étaient légion dans toutes les régions. N'en déplaise à certains, j'ai donc tenu à donner la juste mesure.

Voir : http://www.guidedesvins.com/vintage.php

Lire la suite...

vendredi 2 février 2007

Pomerol, les grands vins de velours

C’est dans des millésimes exceptionnels (le 2001 est formidable actuellement, poursuivant son évolution) ou qui commencent à acquérir une maturité (2000, 99, 97, 95...) que l’on peut juger de la classe d’un grand vin. Ici, il y a donc des vins splendides, très typés par le Merlot (et le Cabernet franc, souvent délaissé à tort) qui se plaît à merveille dans ces territoires ou l’argile se marie avec des sols calcaires, siliceux ou graveleux. Les vins sont chaleureux, à l’image de leurs propriétaires, et mon Classement vient récompenser tout cela.

Voir le Classement : http://www.guidedesvins.com/pomerol.php

Lire la suite...

mardi 30 janvier 2007

Pourquoi la France fait-elle les meilleurs vins ?

Qu’on le veuille ou non, la France fait la grande majorité des meilleurs vins du monde ! Rien n’est venu tout seul : c’est, aux côtés de sols et sous-sols uniques, grâce à cette volonté historique des hommes et des femmes de nos vignobles. Et si la concurrence existe, elle est soit très chère, soit “sans âme ni vertu” ou aseptisée, sois à un niveau qualitatif différent, à part quelques rares pays historiques comme l'Italie, l'Allemagne ou l'Espagne...

Voir aussi : http://blog.vins-du-monde.info/ et http://blog.20survin.net/

E encore : http://patrick.dussert-gerber.com/

Lire la suite...

dimanche 28 janvier 2007

Clos des Perrières

À la tête des Premiers Grands Vins dans mon Classement, évidemment. Michel Bardet conjugue humilité et talent, et conduit les vendanges et les vinifications avec ses sœurs, descendants d’Albert Grivault et copropriétaires associés.

Lire la suite...

vendredi 26 janvier 2007

Très rare, ma dégustation de Petrus

Mon ami Jean-François Moueix est le propriétaire de ce cru mythique. Cultivant l’humour et la discrétion comme d’autres le snobisme et l’esbroufe, il poursuit une politique exemplaire, qualitative certes (le terroir et Jean-Claude Berrouet sont là), mais aussi commerciale, puisque c’est lui, et lui seul, qui vend Petrus (le cas est unique ici), notamment au travers de sa prestigieuse maison Duclot, ou de ses nombreuses autres entreprises (boutiques l’Intendant et Badie à Bordeaux, Châteaux Cash & Carry en région parisienne…) et un bon nombre de grands vins bordelais, peuvent rendre aussi hommage à son impartialité et à sa fidélité envers eux, année après année.

Lire la suite...

mercredi 24 janvier 2007

Champagne, mode d'emploi et Classement

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=18091

En vingt ans, le monde du Champagne a changé avec l’émergence de nombreux vignerons qui ont signé leurs cuvées plutôt que de se contenter de vendre leurs raisins au négoce ou aux coopératives. Cela a chamboulé les règles, les renommées, et apporté aux consommateurs une palette exceptionnelle, dans toute la gamme de prix. Voici ce qu’il faut retenir.

Laisser votre avis sur : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=18091

Lire la suite...

lundi 22 janvier 2007

A débattre sur AgoraVox : un vrai vin, sinon rien

A lire et à commenter : [http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=18148 |http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=18148|fr]

Un vrai vin, sinon rien

Sensualité, amitié, saveurs, patrimoine, émotion, partage, mémoire, art de vivre, coutumes, labeur, authenticité, plaisir des sens, convivialité, histoire... les mots et les valeurs sont nombreux pour exprimer ce monde du vin que nous aimons.

De tous temps, les symboles sont forts, du plus mystique (le “Sang de la terre et du Ciel”) au plus poétique (“Boire du vin, c’est boire du génie”), en passant par les valeurs intellectuelles (“L’invisible esprit du vin”), ou celles plus alimentaires (“Bonne cuisine et bons vins, c’est le paradis sur terre”). Le vin, celui que nous défendons, ce n’est pas une boisson rouge, blanche ou rosée. Et c’est la raison pour laquelle il faut savoir de quel vin on parle.

Lire la suite...

dimanche 21 janvier 2007

C'est la presse qui le dit

“Patrick Dussert-Gerber, c’est notre Robert Parker à nous ! En plus modeste, plus sympa et moins riche. Ses prises de position intransigeantes, ses coups de gueule, son amour des vins du terroir et son indépendance envers toute pression publicitaire lui valent un bon million de lecteurs.” Paul Wermus, France Soir

“Ce Guide s’est forgé depuis 26 ans qu’il existe, une réputation d’indépendance vis-à-vis des modes passagères. Ses prises de position sont intransigeantes, et ses coups de gueule lui ont valu la confiance de ses lecteurs, qui, sur ses recommandations, demeurent fidèles aux producteurs qui respectent le terroir et les traditions.” Dépêche Associated Press

Lire la suite...

samedi 20 janvier 2007

Mes Classements 2007

Lorsque, en 1985, j’ai été le premier à remettre en cause le « fameux » Classement des vins du Médoc, qui datait de 1855, cela avait créé quelques sautes d’humeur et de nombreux soutiens. Il m’a semblé ensuite logique de développer des classements pour toutes les régions de France, pour la grande majorité des appellations. En revanche, et c’est contraire à la mode actuelle (et donc passagère), je me suis toujours refusé à « noter » un vin. La raison est simple : c’est pour moi une négation de ce « Sang de la Terre et du Ciel » que de l’affubler d’une note. Ce serait oublier la main de l’homme et la dimension humaine et subjective du vin. Faire cela, c’est comme si on notait un acteur de cinéma ou des peintres contemporains de 1 à 20. C’est une facilité pour attirer le chaland, qu’il me serait simple d’appliquer si je ne respectais pas autant les vignerons, que j’aime rencontrer car ils ont aussi leur importance (convivialité, passion…).

Mes Classements évaluent les meilleurs rapports qualité-prix-plaisir. Ils tiennent compte de tous les producteurs : vignerons, négociants et caves coopératives. Ils sont ouverts à tous. Pour mes Classements, trois points sont à retenir :

1 – Mes Classements ne sont pas figés et contiennent une hiérarchie interne. 2 – L’évaluation d’un cru se fait sur de nombreux millésimes. 3 – Chaque Classement est propre à une région.

Mes Classements ne sont pas figés et ont une hiérarchie interne

 Les 1ers grands vins classés Le sommet, même il s’agit de « comparer » non plus uniquement l’image de marque mais une réelle et très grande régularité qualitative. Aux côtés de crus incontournables, quelques autres atteignent des sommets, notamment pour récompenser un savoir-faire et un rapport qualité-prix indéniable. Il est impératif de suivre la hiérarchie interne de chaque classement, les premiers des Premiers Grands Vins classés étant supérieurs aux autres Premiers.

 Les 2es grands vins classés C’est la catégorie qui réserve le plus de surprises, et les coups de cœur y sont nombreux. À elle seule, cette catégorie est une véritable hiérarchie, et de nombreux producteurs y évoluent selon les derniers millésimes ou cuvées dégustées. Aux côtés de certains « grands » crus (ou marques) historiques qui parviennent à se maintenir au plus haut niveau (c’est surtout le cas à Bordeaux, en Bourgogne et en Champagne), plusieurs vins moins connus y figurent, grâce à leur régularité qualitative et un exceptionnel rapport qualité-prix-plaisir. Certains vins de cette catégorie peuvent d’ailleurs prétendre atteindre des sommets, et d’autres méritent largement leur place grâce à un rapport qualité-prix-typicité exceptionnel, même s’il faut savoir aussi respecter la hiérarchie interne de cette catégorie. En tout cas, de grandes valeurs sûres, et l’on peut noter que certains domaines, dont la notoriété n’existait pas il y a quelques décennies, parviennent, chacun dans sa catégorie, à s’imposer et à devenir incontournables.

 Les 3es grands vins classés C’est une position « d’attente » où l’on trouve des vignerons qui élèvent des crus qui n’ont pas été suffisamment dégustés et qui peuvent détrôner des vins plus connus dans les dégustations à l’aveugle. Ces producteurs peuvent donc monter en grade, bénéficiant d’un *. D’une manière générale, le fait même d’être dans ces Classements implique une haute tenue qualitative. Les vins ne sont intrinsèquement pas comparables, le Classement ne fait donc que les situer les uns par rapport aux autres, selon l’évolution des millésimes. Les « premiers » des Deuxièmes Grands Vins classés, par exemple, sont très proches de la catégorie Premiers Grands Vins classés. Il faut donc bien sûr tenir compte du prix pour comprendre qu’un très grand cru, sur le plan du terroir, mais très cher, peut être dans une catégorie semblable qu’un autre cru, peut-être moins connu, plus modeste, mais dont le rapport qualité-prix est excellent. Cela ne remet bien entendu pas en cause le très haut niveau qualitatif du vin le plus réputé (et donc le plus cher). Dans tous les cas de figures, certains vins classés peuvent mériter mieux dans des millésimes précis comme 2004, 2003, 2002 ou 2001 (ils sont indiqués alors par un *).

L’évaluation d’un cru se fait sur de nombreux millésimes Un « grand » vin, ou plutôt un vin digne de ce nom, se mesure uniquement sur son potentiel d’évolution, sa régularité qualitative, même dans des millésimes délicats comme 97 ou 92, ou difficiles à maîtriser comme 2003, 2002, ou 94, et sur son aptitude à parvenir à maturité. Ces critères sont donc la base même de ces Classements, remaniés chaque année, par la force des choses et de la nature. Ils prennent compte bien entendu de l’évolution des millésimes précédents et peuvent être également remis en cause par la qualité des prochaines cuvées. La plupart des producteurs retenus ont été suivis depuis 28 ans, ce qui permet de se faire une véritable idée de la régularité qualitative. C’est la seule chose qui compte pour pouvoir juger tel ou tel cru, et ne pas se laisser prendre par une cuvée spécialement « arrangée ». Quelques châteaux repris récemment sont classés en tenant seulement compte des deux ou trois derniers millésimes, et leur évolution viendra conforter ou non leur place actuelle. Ils sont indiqués entre parenthèses pour l’instant, tout comme les propriétés qui viennent d’être reprises. Les Classements ne sont donc pas statiques : ils se veulent le reflet d’une situation globale dans une appellation, qui tient compte de paramètres fondamentaux : typicité des crus, caractéristiques propres, qualité des vinifications et de l’élevage, homogénéité et régularité qualitative des cuvées, évolution des millésimes, politique qualitative des propriétaires, rapport qualité-prix… Les absents le sont principalement quand les dégustations effectuées n’ont pas été suffisantes pour pouvoir situer le vin.

Chaque Classement est propre à une région Intrinsèquement, les vins ne sont pas les mêmes. Chaque cru retenu possède son propre caractère et demande à être apprécié en tant que tel, sans faire de véritable comparaison avec tel ou tel autre. Aucun Classement n’est donc à comparer avec un autre, et il ne doit pas y avoir de rapprochement entre une région ou une autre. On se doute bien qu’un Premier Grand Vin Classé de Chinon n’est pas au même niveau qualitatif qu’un Premier Grand Vin Classé du Médoc. C’est au sein d’une même région ou appellation qu’il faut comparer les vins. Un Deuxième Grand Vin Classé du Languedoc ne joue évidemment pas non plus dans la même catégorie qu’un Deuxième Grand Vin Classé de Bourgogne. On peut décliner les exemples et on aura compris qu’un Beaujolais Classé n’est pas à rapprocher d’un Pomerol au même niveau dans son Classement propre, idem pour un Sancerre et un Pessac-Léognan, un Bandol et un Vosne-Romanée, un Minervois d’un Pauillac, etc. Ainsi, dans les Classements de Bordeaux et de Champagne, j’ai également classé les vins en deux catégories, « puissance » et « élégance », pour mieux prendre en compte justement le caractère propre de chaque vin et éviter des comparaisons.

© Copyright Patrick Dussert-Gerber. Tous droits réservés. Reproduction interdite.

A voir : http://www.guidedesvins.com/

jeudi 18 janvier 2007

Nouveau site du Groupe Dussert-Gerber

Plusieurs sites et blogs sont de nouveau lançés par Patrick et Brigitte DUSSERT-GERBER et MILLESIMES.

On ne présente plus Patrick DUSSERT-GERBER, auteur et directeur de Millésimes, la bible annuelle des amateurs de vins, devenue une référence incontournable (www.millesimes.fr). Le livre qui fait sa renommée internationale est ce Guide Dussert-Gerber des Vins de France (www.guidedesvins.com), véritable best-seller (plus de 1 million de lecteurs), reconnu comme la référence indispensable pour les amateurs et les professionnels (http://blog.guidedesvins.com/cest-la-presse-qui-le-dit/), et consacré par le prix Gutenberg (équivalant aux Césars du cinéma) comme le meilleur guide des vins.


Depuis près de 30 ans, “PDG” est certainement l’auteur français le plus important et prolifique dans le domaine du vin. Il a signé plus d’une trentaine de livres (http://blog.guidedesvins.com/du-meme-auteur/), la très grande majorité éditée par Albin Michel (http://www.albinmichel.fr/), son éditeur attitré : L’Encyclopédie Mondiale des Vins (Albin Michel), Le Guide des vins d’Europe (Albin Michel), Le Guide d’achat des bons vins (Marabout), 52 Week-ends réussis (Marabout), Les Seigneurs du Cahors (Michel Lafon), Le Guide des meilleurs produits et spécialités de France (Albin Michel), L’Amour du vin (Albin Michel), Le Guide des vins de Bordeaux (Albin Michel), Les Vins du Siècle, www.vinsdusiecle.com (Millésimes)…


Il est incontournable sur Internet avec www.millesimes.fr et www.guidedesvins.com. Il gère une vingtaine de sites à ce jour dont www.champagneattitude.com, www.votregironde.com, www.classementdesvins.fr, et de nombreux blogs, personnel avec le www.patrick.dussert-Gerber.com ou professionnels comme http://20sur20.info, http://blog.millesimes.info…


Depuis 1987, Patrick Dussert-Gerber est également à l’origine de L’Amour du vin : www.amourduvin.com


Marié, trois enfants, épicurien, amateur d’art contemporain, cet ancien boxeur, joueur d’échecs, levé tôt et couché tard, trouve aussi le temps de préparer actuellement son premier roman, à paraître chez Albin Michel (http://patrick.dussert-gerber.com/).

page 2 de 2 -